L’élaboration des politiques vaccinales en France

En France, la politique de vaccination est élaborée par le ministère de la Santé, sur recommandation de la Commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de Santé.

Concernant la Covid-19, un groupe de travail constitué de membres du conseil scientifique Covid-19, du comité CARE (Comité analyse, recherche et expertise) et du comité vaccins Covid-19 s’est d’ores et déjà réuni pour établir les grandes lignes d’une stratégie vaccinale pour la France et a transmis au gouvernement ses réflexions le 9 juillet 2020.

Ces réflexions préliminaires seront poursuivies par la Haute Autorité de Santé et la Commission Technique des Vaccinations dont les recommandations détaillées prendront en compte les vaccins effectivement disponibles, leur efficacité, les priorités d’accès au vaccin des populations les plus exposées mais également les différences de risques de mortalité et complications associés à la Covid-19 pour garantir un bénéfice maximal.

La Haute autorité de Santé a publié le 28 juillet 2020 des recommandations préliminaires et note que des recommandations finales dépendront du scénario épidémiologique (circulation généralisée sur l’ensemble du territoire ou une partie, clusters, ou circulation limitée), du nombre de doses de vaccins progressivement disponibles et des caractéristiques des vaccins et notamment :

  • L’immunogénicité selon les différentes classes d’âge et groupes à risque ; 
  • L’efficacité vaccinale selon les différentes classes d’âge et groupes à risque ; 
  • L’effet du vaccin sur la contamination et la transmission de l’infection 
  • La sécurité́ des vaccins dans les différentes classes d’âge et groupe à risque

En tout état de cause, elle considère que la vaccination des personnels de santé et du secteur médico-social sera incontournable et que les personnes à risque de formes graves seront prioritaires dès lors que le vaccin aura démontré un rapport bénéfices/risques favorable.

Elle a par ailleurs saisi le conseil d’engagement des usagers et envisage de saisir le conseil national consultatif d’éthique sur la priorisation des populations à cibler en fonction des vaccins et du nombre de doses disponibles.