Quelle composition pour un vaccin ?

Les vaccins sont constitués de substances actives biologiques, appelés antigènes, capables de stimuler la production d’anticorps par notre système immunitaire. Ces antigènes, peuvent-être combinés à un adjuvant pour les rendre plus efficace. Il n’existe toutefois pas un seul type de vaccin et les méthodes peuvent grandement varier d’un projet à l’autre. 

Photo d'un miscroscope
En savoir plus

Il existe 4 grandes approches technologiques pour la réalisation d’un vaccin. L’antigène peut être :

  • Le virus lui-même inactivé pour la plupart des vaccins ou affaibli pour certains
  • Un virus différent génétiquement modifié pour produire des protéines du virus pathogène et ainsi provoquer une réponse immunitaire protectrice contre le virus pathogène dont on cherche à se protéger. On parle de vaccin vectorisé.
  • Une partie seulement du virus (une protéine ou son acide nucléique (son ARN ou ADN), incapable de se reproduire mais induisant la réponse immunitaire recherchée ; 
  • Des protéines similaires à celles dont on cherche à se protéger.

La plupart des vaccins existants (grippe, oreillons, polio, rougeole, etc.) reposent sur la première ou la dernière technique.

La présence d’adjuvants est souvent indispensable pour permettre une réponse immunitaire entraînant une protection. Elle permet par ailleurs de diminuer la quantité d’antigènes vaccinaux par dose de vaccin et de réduire le nombre d’injections. Les adjuvants sont utilisés depuis 90 ans avec des centaines de millions de doses injectées, permettant d’avoir un recul très fiable sur leurs effets.

Pour aller plus loin